Dans un saut en longueur, on pense souvent que seules les qualités athlétiques de l’individu comptent. Mais des études scientifiques révèlent que les conditions atmosphériques peuvent aussi avoir un impact significatif sur les performances.

En analysant les forces aérodynamiques en jeu, les chercheurs Egoyan et Khipashvili montrent que si la résistance de l’air pure ne fait perdre qu’environ 1% de distance, un léger vent arrière de 2 m/s (la limite réglementaire) pourrait au contraire permettre un gain allant jusqu’à 23 cm !

Leur modélisation mathématique explique cet avantage par une vitesse de décollage accrue grâce à la poussée du vent durant la course d’élan. L’altitude avec une moindre densité d’air apporterait également un petit bonus de 8 à 12 cm.

Ainsi, les conditions météo ne sont pas à négliger pour les sauteurs en longueur. Un vent bien orienté peut réellement faire la différence sur la piste ! À surveiller de près avant les prochaines compétitions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour

Plus d'articles sur le saut en longueur ?

Données Biomécaniques : Comprendre les valeurs

10 octobre 2014 0 Comments

Explications des valeurs biomécaniques collectées lors de la finale des Championnats du monde de saut en longueur 2009 à Berlin

Péda : Débuter le saut en longueur.

Logo FFA
15 octobre 2014 0 Comments

Ce contenu est validé par LA FFA et sera disponible en version détaillée sur la future plate-forme de formation fédérale. Auteurs : H.Barloy (CTS Provence) et L.Sbeghen (ETR Provence) –

Le ramené (atterrissage) « à la française »

r1
8 mars 2018 0 Comments

L’histoire du ramené « à la française » et son application (correctE !) Peu de gens connaissent la genèse de » l’atterrissage Tronqualien », ce style de ramené d’abord sur les deux pieds et