Avant-propos

Issu de la génération de sauteurs de la fin des années 90, je me suis aperçu que « les jeunes sauteurs » que je côtoie lors des stages, des formations ou dans mon groupe ne connaissent que très peu, voire pas du tout « les anciens »…

Ainsi, s’ils connaissent bien évidemment les noms de SDIRI ou LESUEUR, quid des BANGUE, KLOUCHI, FELIX ou CASTER… ou pire encore avec les ROUSSEAU, BRIGE ou FOURCADE !

Voici donc l’histoire des championnats de France de saut en Longueur en plein-air depuis 1892 !
(tableau récapitulatif en fin de page)

Etre en forme aux championnats de France fait partie « du cahier des charges » de l’athlète, même considérés uniquement comme un passage vers les grands championnats internationaux pour les meilleurs athlètes, ils n’en demeurent pas moins inévitables. A ce titre les champions de France sont généralement les leaders de la discipline sur la saison et la performance lors des championnats de France peut donner une tendance du niveau de la discipline.

NB : Les performances citées dans cet article ne concernent donc que celles réalisées lors des championnats de France et de leurs vainqueurs, fussent-il étranger.

Pour terminer ce préambule je veux saluer ici le formidable travail de la Commission de la documentation et de l’histoire de la fédération (http://cdm.athle.com/) sans qui ce travail aurait été plus que fastidieux !

Nouveauté au 15/12/2015 : La médaille des Championnats de France 1903 ! Merci à Marianne LECOMPTE !

20151214 180444 resized
20151214 180542 resized

Les lieux

Photo-miniature-283

Les premiers championnats se déroulaient au Stade de la Croix Catelan à Paris (stade historique du Racing), puis TRES TRES… TRES ! Régulièrement sur le stade de Colombes jusqu’en 1973.
 Notons que c’est en 1969 que ce stade se revêt de Tartan pour la 1ere fois, nous verrons si cela a eu une incidence sur les performances.

Les périodes

Le saut en longueur dans sa forme traditionnelle apparait dans un championnat de France en 1892, soit 4 ans après la création des premiers championnats (1888) qui ne comportaient que 4 épreuves… (100m, 400m, 1500m et 120m haies) et étaient réservés aux hommes… (Il faudra attendre 1917 pour les femmes !)

Notons également que sur la période 1888 – 1920, les championnats étaient organisés par l’USFSA (Union des sociétés françaises de sports athlétiques) fondée par le Racing et que la provincialisation » ne s’est faites qu’à partir de 1899, les 1er championnats de France était donc plus assimilables à  des championnats… de Paris…pour les classes aisées… (les classes populaires n’avaient pas le « loisir » de pratiquer une activité sportive…

Addendum : les femmes rejoignent la FFA en 1936, avant il s’agissait de la FSFSF (Fédération des Sociétés Françaises du Sport Féminin) avec une organisation parallèle en 1920 et 1921 la FFFSA (Fédération Française Féminine du Sport Athlétique). Les championnats enregistrés sont ceux de la FSFSF.

A partir de 1905 et jusqu’en 1926 le saut en longueur que nous connaissons cohabite aux championnats de France avec son cousin disparu : Le saut en longueur sans élan (épreuve olympique de 1900 à 1912).

J’ai pris la liberté de découper l’analyse en différentes périodes significatives pour la discipline et par rapport également aux grandes phases de l’Histoire française.

La période 1892- 1914

Citons le 1er champion de France de saut en longueur : il entre donc dans l’histoire, il s’agit de Henri VENOT : champion de France en 1892 avec 5m60.

Le premier athlète à réaliser 6m00 lors d’un championnat fut Jean GLUKOWSKI avec 6m32 en 1895 (Paris Croix Catelan) et le  premier athlète à réaliser 7m00 : Charles HERVOCHE en 1908 sur le stade de St Cloud, il succède à lui-même puisque il fut également champion de France l’année précédente avec un saut à 6m76.

On peut considérer comme le leader de la discipline sur la période 1892 – 1914 l’athlète André CAMPANA (ci-dessus) qui collectionne 4 titres (1906-1912-1913-1914) avec une meilleure perf à 6m98 en 1913.

CAMPANA

La moyenne des perfs sur la période est de 6m43 pour les hommes (et de : … rien pour les femmes donc)

La guerre et L’entre-deux guerres (1917-1939)

La 1ere guerre mondiale est là et est synonyme de 2 années d’interruption dans l’organisation des championnats : 1915 et 1916, en 1917 pour la première fois les femmes peuvent participer à un championnat de France…mais pas au même endroit que les hommes ! (il faudra attendre 1945 pour des championnats mixtes…)

L’entre-deux guerres est marqué par un sauteur : Robert PAUL : 6 titres consécutifs entre 1931 et 1936 : jamais un sauteur en longueur en France n’a fait mieux ! Sa meilleure perf en championnat: 7m42 en 1935. Et surtout 7m70 en 1935 à Colombes : un record de France qui tiendra 25 ans avant de n’être qu’égalé !

109 001

C’est pendant cette période que les « 7 mètres » deviennent pour les hommes la longueur de référence du haut niveau des championnats.

Du coté des femmes, l’histoire retiendra le nom de la 1ere championne de France de saut en longueur avec celui de Suzanne CUNIN avec 4m15 en 1917 au stade de la Porte de Brancion à Paris. Elle conserve son titre l’année suivante avec 4m53.

Pas de véritable leadership en championnat chez les femmes, les titres se conservent au mieux 2 saisons et l’alternance est de mise.

Les 5 mètres sont franchis en championnats pour la première fois en 1927 par Lucienne VIEL (5m20 à Roubaix). C’est Madeleine RENAUD qui détient la meilleure perf sur la période avec 5m51 en 1936

La moyenne des perfs sur la période est de 6m98 pour les hommes et de 4m99 pour les femmes.

La guerre, l’après-guerre et la période prémoderne (1940-1963).

Encore une fois la guerre provoque en 1940 et 1944 « des trous » dans la chronologie, mais donc cette fois de façon non consécutive.

Chez les hommes Paul FAUCHER est le seul athlète de la période à conserver 3 fois de suite son titre en 1950-1951 et 1952 avec une meilleure perf à 7m43 en 1950 à Paris Jean Bouin. On ne trouve pas de femmes avec un palmarès équivalent sur la période.

Les 7m50 en championnats sont dépassés en 1961 par Alain VERON avec7m53 (à Colombes).

64416 small

On retiendra également que la première femme à réaliser 6m00 en championnats fut MADELEINE THETU : 6m02 en 1961 à Colombes également.

La moyenne des perfs sur la période est de 7m23 pour les hommes et de 5m55 pour les femmes.

La période moderne (1964 à nos jours).

Pourquoi la nommer ainsi ? Simplement car la FFA se dote en 1959 pour la première fois d’une Direction Technique Nationale : Robert BOBIN est nommé Directeur technique national de l’athlétisme, cela contribue à structurer ainsi la (les) discipline(s). De plus l’état engage une politique de rénovation / construction des équipements sportifs et de modernisation du sport français. On peut donc considérer les sauteurs de cette époque comme nos plus proches « cousins »J.

Fin des années soixante et début des 70’s

Jean COCHARD marque le début de la période avec 7m82 en 1964 à Colombes : record de France…qui ne durera que 3 mois…battu la même année par COLLARDOT Christian : 7m83 à Thonon.

Mais le grand nom de la fin des années 60 et du début des années 70 est sans conteste : Jack PANI, en effet si vous cherchez le nom du premier athlète à avoir franchi 8m00 en France : c’est lui en 1967 à Colombes, il sera champion de France cette même année et également en 1968, 1969 et 1971. (Sa meilleure perf : 8m16 en 1969 à Pulversheim.)

577 001

Du coté des dames : un nom s’impose, celui d’Odette DUCAS : Championne de France pour la première fois en 1962 (sous le nom d’Odette Delcellier), elle conserve ensuite son titre de 1968 à 1973 soi 6 titres consécutifs (et donc 7au total)  : jamais une athlète n’a encore fait mieux en saut en longueur (NB : Eloyse LESUEUR possède à ce jour 6 titres également mais non consécutifs…sauf à être championne de France en 2015).
Sa meilleure perf : 6m49 en 1971 à Helsinki.

Rappelons que la plupart de ces performances ont été réalisées sur des pistes encore en cendrée !

Les années 70

On entre dans « le lourd » avec les années soixante-dix chez les hommes un sauteur qui a fait cauchemarder toute une génération de sauteurs avec son record de France imbattable : Jacques ROUSSEAU ! Il devient champion de France en 1975 à St Etienne avec 8m07, mais surtout conserve son titre l’année suivante avec 8m37(VF) ! et porte la même année le record de France de Jack PANI à 8m26 (le 26/06/76 à Villeneuve d’Ascq). Ce record ne sera battu qu’en 1997 par Kader KLOUCHI: 21 ans plus tard !

rousseau

Chez les dames, Jacqueline CURTET réalise 6m62 en 1978 à Paris, elle devient championne de France en battant donc également le record de DUCAS.

284176 big
Les années 80

Ici pas de partage : Norbert BRIGE  domine son sujet : 5 titres consécutifs entre 1985 et 1989, (seul Robert PAUL a fait mieux), sa meilleure perf en championnat : 8m08 en 1986 à Aix les Bains et 8m22 à Nîmes en 1988.

051 001

Chez les femmes, là aussi, un nom s’impose : Nadine FOURCADE, championne de France en 1986,1987 et 1988, avec une meilleure perf en championnat de 6m79 en 1986 à Aix les Bains. Elle porte en 1985 le record de France à 6m79 (Montgeron le 04/05)

9178 big
Les années 90

Sont les années « KLOUCHI/BANGUE » pour les hommes !
4 titres pour Kader KLOUCHI (le 1er n’était pas un titre, Kader était algérien en 1992, mais c’est une première place) donc en 1992, 1997, 1998 et 2001.

48146

2 titres pour Emmanuel BANGUE avec notamment 8m21 réalisé à Bondoufle en 1996.

34920388emmanuel-bangue-jpg

Après de nombreux sauts tout proches de la performance de Jacques ROUSSEAU, c’est finalement Kader KLOUCHI qui bat enfin un des plus vieux records de France en réalisant 8m28 à Albi en 1997 puis 8m30 lors des championnats de France à Dijon l’année suivante, record qui tiendra 11 ans et qui est toujours le record des championnats de France.

Chez les femmes, Nadine CASTER remporte 3 fois consécutivement les championnats en 1994,1995 et 1996, puis en 2004. Avec une meilleure perf en championnat de 6m65 en 1995. Elle porte le record de France à 6m94 en 1995 à Villeneuve-d’ascq.

cast656

Mais à la fin des années 90, la future recordwoman du saut en longueur qui n’est pas encore française pointe le bout de son nez : Eunice BARBER réalise 6m90 en 1998 lors des championnats de France à Dijon…une nouvelle ère s’annonce.

Les années 2000 jusqu’à nos jours.

On peut dire que les années 2000 sont la révélation du meilleur sauteur français tout temps (en tout cas en championnat de France) en la personne de Salim SDIRI.

SDIRI 260212

9 titres de champions de France ! 2003-2004-2005-2006-2008-2009-2010-2013 et 2014 ! Rien que ça !!

Il porte le record de France à 8m42 en 2009 à Pierre-bénite, sa meilleure perf en championnat : 8m28 à Valence.

Pour terminer, chez les femmes, deux sauteuses ont régné (dont une règne encore !) sur la période : Aurélie FELIX avec 4 titres consécutifs : 2000-2001-2002 et 2003 avec une meilleure perf en championnat de 6m62 à Nice en 2000.

100857 small

Mais surtout Éloyse LESUEUR qui remporte son 1er championnat en 2006 avec 6m47 à Tomblaine, puis d’adjuge 5 titres consécutifs de 2010 à 2014, ce qui fait d’elle la plus titrée en championnat à égalité avec Odette DUCAS. Mais son parcours est loin d’être achevé !
[EDIT] : 7 titre désormais pour Eloyse : ce qui fait d’elle la l’athlète féminine la plus titrée des championnats de France.

352549 la-francaise-eloyse-lesueur-a-la-longueur-lors-des-championnats-d-europe-le-27-juin-2012-a-helsinki

Le record de France est néanmoins toujours la propriété d’Eunice BARBER : 7m01 en 1999 à Paris puis 7m05 à Monaco en 2003. Eloyse LESUEUR ne possède « que » le record des championnats avec 6m86 à Reims en 2014.

648x415 athlete-francaise-eunice-barber-longueur-lors-championnats-monde-osaka-aout-2007-1

La moyenne des perfs sur la période (1964 – 2014) est de 8m01 pour les hommes et de 6m41 pour les femmes.

Conclusion

Voilà donc en quelques lignes les grands noms qui ont marqué l’histoire des championnats de France en saut en longueur. Vous ne pourrez plus dire : « non…je ne le connais pas … ».

Les champions de France (ou les 1er du concours quand ils sont étrangers) ne sont certes peut être pas les meilleurs athlètes d’une saison, ou les athlètes les plus titrés à l’international, mais ce sont eux qui ont gravé leur nom dans le marbre du tableau des champions que voici ci-dessous, car on ne retiendra pas les meilleurs des bilans mais bel et bien les Champion(ne)s de France.

L’histoire reste donc à ecrire…

HOMMES

  

FEMMES

  
AnnéeNom PrénomPerfStadeNom PrénomPerfStade
1892Henri Venot5,60 mParis – Croix catelan—– —–
1893Paul Thierry5,875 mParis – Croix catelan—– —–
1894Jean-Guy Gautier5,94 mParis – Croix catelan—– —–
1895Jean Glukowski6,325 mParis – Croix catelan—– —–
1896Alphonse Grisel6,23 mParis – Croix catelan—– —–
1897Farquar (GBR)6,18 mParis – Croix catelan—– —–
1898Albert Delannoy6,18 mParis – Croix catelan—– —–
1899Lewis Sheldon (USA)6,34 mParis – Croix catelan—– —–
1900Lewis Sheldon (USA)6,64 mParis – Croix catelan—– —–
1901Eugène Choisel6,64 mParis – Croix catelan—– —–
1902Pascal Gomont6,46 mParis – Croix catelan—– —–
1903Henri Lecompte6,56 mParis – Croix catelan—– —–
1904François Brissy6,295 mParis – Croix catelan—– —–
1905Henri Guttierez6,58 mParis – Croix catelan—– —–
1906André Campana6,49 mSt cloud—– —–
1907Charles Hervoche6,76 mParis – Croix catelan—– —–
1908Charles Hervoche7,00 mSt cloud—– —–
1909Henri Gutierrez6,24 mColombes—– —–
1910Camille Delmas6,68 mParis – Croix catelan—– —–
1911Paul Lagarde 6,50 mColombes—– —–
1912André Campana6,89 mColombes—– —–
1913André Campana6,98 mColombes—– —–
1914André Campana6,57 mColombes—– —–
1915—– —–—– —–
1916—– —–—– —–
1917Clément Mentrel6,47 mParis – Croix catelanSuzanne Cuzin4,15 mPorte de Brancion
1918Baldwin (USA)6,49 mSt cloudSuzanne Cuzin4,53 mParis Jean Bouin
1919André Chilo6,79 mColombesYvonne Gorget4,66 mParis Jean Bouin
1920Eugène Coulon6,72 mParis PershingGeneviève Laloz4,30 mParis Elisabeth
1921Jacques Morain 6,61 mColombesThérèse Boyer4,74 mParis Pershing
1922Louis Wilhelm6,66 mParis Yves du manoirCécile Maugars4,865 mColombes
1923Louis Wilhelm7,08 mParis PershingAlice Gonnet4,565 mBourges
1924Louis Wilhelm7,125 mColombesMarguerite Patouillet4,83 mParis pershing
1925Gabriel Sempé6,81 mColombesGeorgette Gagneux4,925 mMétrop. Club de Colombes.
1926Albert Pinson6,87 mColombesLucienne Viel4,97 mBry sur Marne
1927Paul Couillaud6,915 mColombesLucienne Viel5,20 mRoubaix
1928Jacques Flouret7,00 mColombesGeorgette Gagneux5,37 mParis – Porte dorée
1929Charles Alzieu7,00 mColombesGeorgette Gagneux5,355 mSt Maur
1930Claude Heim7,05 mColombesGermaine Brisou5,18 mParis Jean Bouin
1931Robert Paul6,98 mColombesGermaine Brisou5,05 mDouai
1932Robert Paul7,04 mColombesJacqueline Mulot5,065 mParis Jean Bouin
1933Robert Paul7,22 mColombesJeanine Chartier4,81 mSt Maur
1934Robert Paul7,37 mColombesJacqueline Mulot5,325 mSt Maur
1935Robert Paul7,42 mColombesAlice Leissner 5,22 mCourbevoie
1936Robert Paul 7,24 mColombesMadeleine Renaud5,51 mcolombes
1937Robert Joanblanq7,18 mColombesMadeleine Renaud5,30 mSt cloud
1938Robert Joanblanq7,145 mColombesGaëtanne Crouzillas5,41 mParis pershing
1939Jean Balezo7,35 mColombesGaëtanne Crouzillas5,47 mMonaco
1940—– —–—– —–
1941Henri Sorondi6,93 mColombesClerc …5,28 mcolombes
1942Jean Baudry7,03 mBordeauxGaëtanne Crouzillas5,13 mParis Jean Bouin
1943Robert Joanblanq6,84 mLyonJacqueline Combernoux4,95 mReims
1944—– —–—– —–
1945Jean Balezo7,00 mBordeauxYvonne Curtet5,30 mBordeaux
1946André Brémon7,19 mColombesYvonne Curtet5,27 mBordeaux
1947Georges Damitio 7,35 mColombesSylvia Mathiotte5,29 mcolombes
1948Michel Siméon6,96 mColombesMarguerite Martel5,22 mColombes
1949Ignace Heinrich7,28 mColombesYvonne Curtet5,71 mcolombes
1950Paul Faucher7,43 mParis Jean BouinMonique Jacquet5,52 mParis Jean Bouin
1951Paul Faucher6,80 mColombesGisèle Lecoutre5,45 mColombes
1952Paul Faucher7,34 mColombesEliane Dudal5,69 mcolombes
1953Malik M’Baye 7,06 mColombesMonique Jacquet5,49 mcolombes
1954Ernest Wanko7,10 mColombesColette Drou5,61 mcolombes
1955Paul Laigre7,41 mColombesSuzanne Glottin5,60 mcolombes
1956Michel Vernus6,90 mColombesMarthe Djian5,81 mcolombes
1957Ali Brakchi7,38 mColombesAnnie Lordet5,52 mcolombes
1958Lamine Diack7,63 mColombesMarthe Djian5,84 mcolombes
1959Christian Collardot 7,32 mColombesAnnie Lordet5,90 mcolombes
1960Ali Brakchi7,32 mColombesMadeleine Thétu5,65 mcolombes
1961Alain Veron7,53 mColombesMadeleine Thétu6,02 mcolombes
1962Ali Brakchi7,75 mColombesOdette Delcellier5,83 mcolombes
1963Gérard Mahieu7,55 mColombesMadeleine Lhuillery5,99 mcolombes
1964Jean Cochard7,82 mColombesClaude Bouix6,15 mcolombes
1965Jean Cochard7,71 mColombesDenise Guénard5,94 mcolombes
1966Ali Brakchi 7,77 mColombesDenise Guénard5,91 mcolombes
1967Jack Pani7,91 mColombesMarlène Canguio5,95 mcolombes
1968Jack Pani 8,08 mColombesOdette Ducas6,06 mcolombes
1969Jack Pani8,04 mColombesOdette Ducas6,16 mcolombes
1970Christian Tourret7,72 mColombesOdette Ducas6,47 mcolombes
1971Jack Pani8,02 mColombesOdette Ducas6,38 mcolombes
1972André Vix7,94 mColombesOdette Ducas6,39 mcolombes
1973Jean-François Bonhème8,19 mColombesOdette Ducas6,35 mcolombes
1974Jean-François Bonhème8,00 mNiceJacqueline Curtet6,27 mNice
1975Jacques Rousseau8,07 mSt EtienneSylvie Biotteau6,19 mSt Etienne
1976Jacques Rousseau8,37 mVilleneuve d’AscqSusan Reeve (UK)6,46 mVilleneuve d’Ascq
1977Jacques Rousseau 7,97 mNeversSylvie Tarlin6,20 mNevers
1978Gilbert Zante7,78 mParis – CharlétyJacqueline Curtet 6,62 mParis – Charléty
1979Jean-François Bonhème7,70 mOrléansYannick Gacon6,22 mOrléans
1980Philippe Deroche8,06 mVilleneuve d’AscqFlorence Picaut6,40 mVilleneuve d’Ascq
1981Denis Pinabel7,33 mMulhouseOdile Madkaud6,16 mMulhouse
1982Denis Pinabel7,85 mColombesJeanne Nilusmas6,28 mcolombes
1983Philippe Deroche7,78 mBordeauxMarie-Odile Legrand6,41 mBordeaux
1984Claude Morinière7,78 mVilleneuve d’AscqGéraldine Bonnin6,38 mVilleneuve d’Ascq
1985Norbert Brige7,62 mColombesNadine Debois6,41 mcolombes
1986Norbert Brige8,08 mAix les BainsNadine Fourcade6,73 mAix les Bains
1987Norbert Brige8,07 mAnnecyNadine Fourcade6,32 mAnnecy
1988Norbert Brige7,99 mToursNadine Fourcade6,42 mTours
1989Norbert Brige8,04 mToursFlorence Colle6,38 mTours
1990Jean-Louis Rapnouil7,95 mBloisCaroline Aubert6,26 mBlois
1991Franck Lestage7,95 mDijonMuriel Leroy6,38 mDijon
1992Kader Klouchi (ALG)7,96 mNarbonneCaroline Missoudan6,31 mNarbonne
1993Cheikh Touré (SEN)7,88 mAnnecyCorinne Hérigault6,33 mAnnecy
1994Robert Emmiyan (ARM)8.00 mAnnecyNadine Caster6,50 mAnnecy
1995Cheikh Touré (SEN)7,99 mParis CharlétyNadine Caster6,65 mParis Charléty
1996Emmanuel Bangué8,21 mBondoufleEunice Barber (SR)6,66 mBondoufle
1997Kader Klouchi8,08 mFort de FranceLinda Ferga6,75 mFort de France
1998Kader Klouchi8,33 mDijonBARBER Eunice (SR) 6,90 mDijon
1999Emmanuel Bangué8,15 mNiortEunice Barber6,76 mNiort
2000Cheikh Touré8,43 mNiceAurélie Félix6,62 mNice
2001Kader Klouchi8,24 mSt EtienneAurélie Félix6,57 mSt Etienne
2002Yann Domenech8,16 mSt EtienneAurélie Félix6,24 mSt Etienne
2003Salim Sdiri8,29 mNarbonneAurélie Félix6,55 mNarbonne
2004Salim Sdiri8,23 mSotteville-lès-Rouen.Nadine Caster6,54 mSotteville-lès-Rouen.
2005Salim Sdiri8,25 mAngersCéline Nyanga6,34 mAngers
2006Salim Sdiri8,14 mTomblaineÉloyse Lesueur6,47 mTomblaine
2007Kafétien Gomis7,91 mNiortEunice Barber6,66 mNiort
2008Salim Sdiri8,15 mAlbiAntoinette Nana-Djimou Ida6,61 mAlbi
2009Salim Sdiri8,11 mAngersVanessa Gladone6,40 mAngers
2010Salim Sdiri8,28 mValenceÉloyse Lesueur6,71 mValence
2011Kafétien Gomis8,22 mAlbiÉloyse Lesueur6,62 mAlbi
2012Ndiss Kaba Badji (SEN)8,02 mAngersÉloyse Lesueur6,45 mAngers
2013Salim Sdiri8,10 mParis CharletyÉloyse Lesueur6,49 mParis Charlety
2014Salim Sdiri7,96 mReimsÉloyse Lesueur6,86 mReims
2015Kafétien GOMIS7.78 mVilleneuve d’AscqKESSELY Haoua6.30 mVilleneuve d’Ascq
2016Jean-Pierre BERTRAND8.01 mAngersKESSELY Haoua6.41 mAngers
2017Maiau RAIHAU8.22 mMarseilleÉloyse Lesueur6.93 m

Marseille

2018Kafetien GOMIS8.13 mAlbiRougui SOW
6.49 mAlbi
2019Augustin BEY8.08 mSt EtienneHilary KPATCHA6.44 mSt Etienne
2020 Yann Randrianasolo 7.91 mAlbiÉloyse Lesueur (Aymonin)6.44 mAlbi

NOM MARITAL / NOM DE JEUNE FILLE

  • LIEBRARD ép. CUSIN Suzanne 
  • LALOZ ép. JACQUES Geneviève 
  • COMTE ép. ANAVOISARD Henriette 
  • LAUDRÉ ép. VIEL Lucienne 
  • JACOBS ép. BRISOU Germaine 
  • LAUDRÉ ép. MULOT Jacqueline 
  • GARNIER ép. CHARTIER Jeanine 
  • GRUSS ép. LEISSNER Alice 
  • BOITEL ép. CROUZILLAS Gaëtanne 
  • ALAUZE ép. COMBERNOUX Jacqueline
  • CHABOT ép. CURTET Yvonne 
  • DUDAL née LONEUX Eliane 
  • LAMBERT ép. DJIAN Marthe 
  • SEGOUFFIN ép. LORDET Annie
  • DJIAN née LAMBERT Marthe
  • LORDET née SEGOUFFIN Annie
  • DELCELLIER ép. DUCAS Odette
  • LHUILLERY ép. LE DEVEHAT Madeleine 
  • GUENARD née LABORIE Denise
  • CURTET ép. FRECHET Jacqueline 
  • BIOTTEAU ép. TARLIN Sylvie
  • REEVE née SCOTT Susan (GBR)
  • TARLIN née BIOTTEAU Sylvie 
  • GACON née BECKER Yannick 
  • MADKAUD ép. TOURRET Odile
  • LEGRAND née MASSARD Marie-Odile 
  • FOURCADE ép. LEFEVRE Nadine
  • CADINOT div. AUBERT Caroline 
  • LEROY div. GALLARDO Muriel
  • FERGA ép. KHODADIN Linda
  • FELIX née DIEN Aurélie

Pour en savoir plus sur les résultats : Merci à Philippe Guilbaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour

Plus d'articles sur le saut en longueur ?

Saut en longueur : LE GAINAGE !

gaiange
6 novembre 2014 0 Comments

Poursuite de mes travaux d’archivage numérique (ça sera quand même beaucoup plus pratique et moins périssable que mes feuilles « volantes ») avec aujourd’hui un article d’Alain TRONQUAL sur le gainage en

Dans la tête d’un sauteur…

IMG 4291bis
18 août 2015 0 Comments

Analyse de préparation et recherche des bonnes intentions… Les Championnats du monde MASTERS (vétérans) LYON 2015 viennent de se terminer. J’ai participé au concours de saut en longueur catégorie M35

A la mémoire d’Alain TRONQUAL

10997218 10203703950347798 1759444403 n
23 février 2015 0 Comments

Un bel hommage à Alain qui devient désormais immortel avec ce sautoir à son nom à Aubière.